Madagascar:Marc Ravalomanana - Menacé d'arrestation

GOUVERNANCE
Par Davis R

Quand est-ce que les décisions prises sous la Transition sont applicables et quand est-ce qu'elles ne le sont pas ? C'est la question que se pose par rapport aux propos tenus hier par la ministre de la Justice Rasolo Elise Alexandrine, relatifs notamment à la condamnation de l'ancien président Marc Ravalomanana.

Depuis son accession au pouvoir, le président Hery Rajaonarimampianina a toujours interprété négativement toutes les initiatives de la Transition. Pourtant, hier la ministre de la Justice Rasolo Elise Alexandrine a déclaré qu' « au moment où l'on parle, Marc Ravalomanana est condamné ». « Toutes les décisions de Justice prononcées à Madagascar sont applicables », a-t-elle soutenu.

Jugé par contumace en 2010 pour la tuerie du 7 février, l'ancien président a écopé d'une peine de travaux forcés à perpétuité. La question est donc de savoir pourquoi le régime HVM a attendu 2018, une année électorale pour chercher à tout prix à appliquer cette décision de Justice. Pourquoi Marc Ravalomanana n'a-t-il pas été arrêté et incarcéré dès son retour d'exil ? Bon nombre d'observateurs soupçonnent un acharnement politique visant à écarter le numéro Un de l'Empire Tiko du processus électoral.

Crise. Hier, la ministre Rasolo Elise Alexandrine a incité l'ex-président à respecter la procédure légale et à faire opposition à sa condamnation s'il n'est pas satisfait. « Nous allons lancer incessamment la procédure de notification. Au-delà du délai prévu pour faire opposition, s'il ne réagit pas, nous allons mettre en application la décision du tribunal relative à sa condamnation », a déclaré la Garde des Sceaux.

Une déclaration qui se présente comme une menace d'arrestation à peine voilée contre Marc Ravalomanana. Reste à savoir cependant si une telle mesure va apporter la paix et la stabilité au pays. Le 29 décembre dernier, l'ancien exilé d'Afrique du Sud a déclaré : « Si on m'empêche de me porter candidat à la Présidentielle, le pays risquerait de sombrer dans une crise sans précédente ».



Read full article on GOUVERNANCE